Bandeau
Site d’information de la paroisse de Crécy-la-Chapelle, Villiers-sur-Morin et Voulangis
Slogan du site

Site internet local d’information religieuse de Crécy-la-Chapelle, Voulangis, Villiers-sur-Morin.

Le samedi 19 mai, 2ème nuit des cathédrales à Meaux
Article mis en ligne le 12 mai 2012
dernière modification le 8 octobre 2015

par Joël
Imprimer logo imprimer
La cathédrale de Meaux, au même titre que les églises de nos villages est le lieu essentiel où se retrouve la communauté chrétienne chaque dimanche, pour chanter la gloire du Christ Vivant, notre Sauveur. D’autres évènements heureux ou plus douloureux qui rythment notre vie y sont également célébrés (baptêmes, mariages, ordinations, funérailles, etc.). La cathédrale ouvre, cette année pour la deuxième fois, ses portes plus largement encore de 18h30 à minuit et demi , le 19 mai en même temps que la nuit des musées. Opportunité qui permettra également à tous les visiteurs d’admirer les bâtiments de l’ancien évêché, le vieux chapitre, tout cet ensemble illuminé qui forme la Cité Épiscopale (l’une des rares conservée en France), de se promener dans le jardin Bossuet en forme de mitre d’Évêque ou de découvrir également le cabinet de travail de Bossuet. Que nous soyions croyant ou non, l’occasion nous est donné de venir connaître les richesses de notre patrimoine meldois ainsi que l’histoire de la cathédrale St Étienne. Nous pourrons apprécier ses richesses artistiques et percevoir le sens de ce que veulent nous dire les pierres et les vitraux de cet admirable édifice religieux. Venez découvrir le beau et super-programme que nous a concocté le Père Philippe Legrand et son équipe pour cette seconde édition de la Nuit des Cathédrales. Dans la suite de cet article, nous vous donnons les clés de lecture de cette soirée exceptionnelle pour bien comprendre le thème :
"Parler au cœur des hommes d’aujourd’hui"

Programme de la Nuit des Cathédrales 19 mai 2012 à La Cathédrale de Meaux

18 h 30 :
Ouverture de la cathédrale et accueil par Mgr Albert-Marie de Monléon,
évêque de Meaux

18 h 45 :
Chorale de la Maîtrise et Petit Cœur du Grand Morin

et la chorale du Petit Choeur du Grand Morin :

Nous vous présentons en avant-première le programme des 2 formations :
Le PCGM interpretera, avec la maitrise de Sainte Marie, sous la direction Pierre Isabellon :

Haendel ... Canticorum
Mozart ... Jubilate deo
Mozart ... Ave verum
Aichinger ... Regina caeli
Saint Saëns ... Tollite Hostias
César Franck ... Psaume 150

puis le PCGM jouera seul, sous la direction d’Anne Dumontier, les oeuvres suivantes :

Taizé ... Dieu est amour
JS Bach ... Zion hört cantate 140
JS Bach ... Jesus bleibet meine Freude
Lirine ... Nynié (Cantique de Simèon)
Gounod ... Kyrie et Gloria de la messe brève

19h00 :
Ouverture de l’exposition dans le Vieux Chapitre :
Iconographie de l’Annonce évangélique
(l’exposition se tiendra du 19 au 27 mai inclus)

19h15 :
départ des visites
« Le message de la cathédrale » par le Père Philippe LEGRAND
http://www.youtube.com/watch?v=_uo1f16UeAA

« Histoire et architecture de la cathédrale », visites guidées de la cathédrale par les guides du service Art et Histoire

20h15 :
Gospel

20 h 30 :
Parler au cœur des hommes d’aujourd’hui
Présentation du projet d’aménagement liturgique par :
Jacques MOULIN, Architecte en chef des Monuments historiques et par
l’artiste Pierre CARRON.

21 h 15 :
Lectures animées par le Père Philippe LEGRAND sur improvisations à l’orgue

21 h 30 :
Lecture en chaire du Sermon de Bossuet " Le sermon du mauvais riche" par Jean-Claude DROUOT

Jean-Claude Drouot, c’est notamment cette voix claire et limpide que vous avez tous entendue, au moins une fois, au spectacle historique de Meaux


Le Sermon du mauvais riche
Prononcé au Carême du Louvre de 1662, devant Louis XIV et la Cour, il fait partie des chefs-d’œuvre de Bossuet sermonnaire. Nous vous proposons ici, un court extrait de ce fameux "Sermon du Mauvais Riche". Comme pour tout sermon, Bossuet cherche à édifier au sens moral, son auditoire. Ici, il se montre critique envers l’opulence des riches.
Vous aurez assurément grand plaisir à réentendre, samedi soir, de la bouche de Jean-Claude Drouot, ce célèbre passage :
« Sire, Votre Majesté aime ce plaisir ; elle en a donné des marques sensibles, qui seront suivies de plus grands effets. C’est aux sujets à attendre, et c’est aux rois à agir ; eux-mêmes ne peuvent pas tout ce qu’ils veulent, mais rendront compte à Dieu de ce qu’ils peuvent. C’est tout ce qu’on peut dire à Votre Majesté. Il faut dire le reste à Dieu, et le prier humblement de découvrir à un si grand roi les moyens de satisfaire à l’obligation de sa conscience, de mettre le comble à sa gloire et de poser l’appui le plus nécessaire de son salut éernel. »
« L’Aigle de Meaux » s’attaque donc aux hommes du monde, montrant la bassesse d’une vie consacrée aux intrigues de pouvoir et à l’accumulation des richesses.

Anecdote : Savez-vous pourquoi on appelle Bossuet, l’Aigle de Meaux ?
Bossuet, vêtu de son chapeau et de sa cape, se déplaçait avec célérité, dans les rues pavées de Meaux et des alentours, avec sa voiture tirée par des chevaux. Les diocésains venaient nombreux l’écouter dans la cathédrale St Etienne. Mais, il avait coutume également d’aller prêcher dans beaucoup d’autres églises de Seine-et-Marne. On dit que, quand on voyait cet infatigable prélat passer avec sa calèche, il se rendait à ses offices à l’allure d’un aigle...

Biographie de Jacques-Benigne Bossuet (1627-1704)


Né à Dijon en 1627, d’une famille de magistrats, Jacques-Bénigne BOSSUET reçut d’abord une éducation classique au collège des Jésuites de sa ville natale.
A 15 ans, il entre au collège de Navarre, à Paris, où il étudie la philosophie et la théologie. Et s’il fréquente quelque temps le monde, applaudissant parfois Corneille ou écrivant des vers précieux, très vite, il va rompre avec le siècle.
Ordonné sous-diacre à Langres en 1648, il écrit à l’âge de 21 ans une "méditation sur la brièveté de la vie", où s’annoncent déjà, pour le fond et la forme, les variations sur la mort qui feront la splendeur et la puissance de ses sermons, ainsi que de ses oraisons funèbres.
Reçu docteur en théologie, il est ordonné prêtre en 1652 ; et dès lors, l’histoire de sa vie va se confondre avec celle de ses activités d’homme d’église.
Statue de Bossuet à la Cathédrale de Meaux


Archidiacre de Sarrebourg en 1652, puis de Metz en 1654, Saint-Vincent de Paul l’appelle à Paris pour l’aider dans ses œuvres en 1659. Bossuet reste archidiacre de Metz, où il continue son action, mais
pendant dix ans, l’essentiel de son activité sera "la prédication". Il va prononcer des sermons par centaines, l’année 1662 marquant l’apogée de cette période : il prêche le "Carême du Louvre", devant le
roi et la cour. Sa grande réputation lui fait alors confier "l’oraison funèbre d’Anne d’Autriche" (1667), celle d’"Henriette de France, reine d’Angleterre" (1669) et, un an plus tard, celle de sa fille, "Henriette
d’Angleterre".
Nommé évêque de Condom à la fin de 1669, il n’a pas le temps de résider dans son diocèse : à 43 ans, il est choisi comme précepteur du "Grand Dauphin", fils de Louis XIV.
De 1670 à 1680, Bossuet renonce à prêcher pour se consacrer pleinement à sa mission. Bossuet veut tempérer dans l’esprit du Dauphin, l’idée de son droit divin par celle de ses devoirs envers Dieu. C’est cette même doctrine qu’il expose à Louis XIV, dans une lettre courageuse, pour l’inviter à alléger la charge écrasante des impôts : "Vous devez considérer, sire, que le trône que vous occupez est à Dieu,
que vous y tenez sa place et que vous vous y devez régner selon ses lois.
"
En 1681, ayant achevé l’éducation du Dauphin, il est nommé évêque de Meaux. Prélat infatigable, il écrit, évangélise les paroisses, officie dans sa cathédrale. Et quand le roi convoque l’assemblée du Clergé, au
moment de l’affaire de la Régale, c’est Bossuet, en véritable chef de l’épiscopat français, qui prononce le discours d’ouverture : "le sermon sur l’unité de l’Eglise".
Reprenant activement la prédication à Meaux et dans les paroisses, il prononcera encore, à des occasions solennelles, quelques grandes oraisons funèbres, celles d’Anne de Gonzague, de Michel Le Tellier, du Prince de Condé...
Loin de s’éteindre avec l’âge, son ardeur combative l’entraîne encore vers d’autres œuvres. "La querelle du Quiétisme" l’oppose longuement à Fénelon, et il fera obstacle ensuite à tout examen critique des Ecritures, en dehors de l’interprétation traditionnelle de l’Eglise.
Après de longs mois de maladie, Bossuet meurt le 12 avril 1704, et est enterré sur sa demande dans la cathédrale de Meaux.

22 h 15 :
Méditation en images du vitrail de Lazare et du mauvais riche par le Père Henri IMBERT

Le vitrail utilise deux passages de St Luc (Luc, 12, 13-21, 16, 19-24)

Relisons ces 2 passages d’Evangile de St Luc avant de contempler ce vitrail :
Luc, ch 12, v 13-21
13 Du milieu de la foule, un homme demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »
14 Jésus lui répondit : « Qui m’a établi pour être votre juge ou pour faire vos partages ? »
15 Puis, s’adressant à la foule : « Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ; car la vie d’un homme, fût-il dans l’abondance, ne dépend pas de ses richesses. »
16 Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont les terres avaient beaucoup rapporté.
17 Il se demandait : ’Que vais-je faire ? Je ne sais pas où mettre ma récolte.’
18 Puis il se dit : ’Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y entasserai tout mon blé et tout ce que je possède.
19 Alors je me dirai à moi-même : Te voilà avec des réserves en abondance pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.’
20 Mais Dieu lui dit : ’Tu es fou : cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l’aura ?’
21 Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »

Luc, ch 16, v 19-24
19 « Il y avait un homme riche, qui portait des vêtements de luxe et faisait chaque jour des festins somptueux.
20 Un pauvre, nommé Lazare, était couché devant le portail, couvert de plaies.
21 Il aurait bien voulu se rassasier de ce qui tombait de la table du riche ; mais c’étaient plutôt les chiens qui venaient lécher ses plaies.
22 Or le pauvre mourut, et les anges l’emportèrent auprès d’Abraham. Le riche mourut aussi, et on l’enterra.
23 Au séjour des morts, il était en proie à la torture ; il leva les yeux et vit de loin Abraham avec Lazare tout près de lui.
24 Alors il cria : ’Abraham, mon père, prends pitié de moi et envoie Lazare tremper dans l’eau le bout de son doigt pour me rafraîchir la langue, car je souffre terriblement dans cette fournaise.

Premières explications du vitrail de "Lazare et du mauvais riche" de la cathédrale de Bourges, pour mieux comprendre la méditation du Père Imbert

C’est une corporation des maçons qui a financé le vitrail et que l’on voit représentée.
- 1. L’homme riche fait construire des entrepôts pour abriter ses biens. Dieu lui apparaît sous les traits du Christ qui interpelle le mauvais riche : "Sot ! Cette nuit même on va te redemander ta vie."
- 2. Il donne ses instructions à un serviteur pour la préparation d’un repas.
- 3. Au cours de ce repas le pauvre Lazare, à peine vêtu, marqué par la lèpre, frappe à la porte. Geste du riche qui le repousse et ordonne au pauvre Lazare de s’éloigner.
- 4. Le mauvais riche tombe malade, meurt et son serviteur vole tous ses biens. Mort de Lazare dont l’âme s’échappe de son corps.
- 5. Le riche est jeté en enfer. Un diable lui verse du métal fondu dans la bouche. Des anges emportent l’âme du pauvre Lazare au Ciel. De l’enfer, le riche voit Lazare et le supplie en vain de lui donner à boire.
- 6. L’âme de Lazare se tient dans le sein d’Abraham, surmontée de la main de Dieu qui affirme la puissance de sa justice. Les anges vénèrent le juste Lazare et son "père dans la foi" Abraham. La bénédiction de Dieu descend du Ciel sur les justes qui ont fait usage de leur richesse.

23 h 00 :
Concert d’orgue

23 h 30 :
Office des Vigiles présidé par Monseigneur de Monléon

Animations jeune public :
Equipe paroisse :
* « chemin de prières »,
* concours des Ateliers vitrail
* montage maquette de croisée d’ogives, de 18h à 20h (au 1er étage de la Posterie), par les médiateurs du patrimoine de la ville de Meaux.

Ce samedi 19 mai, c’est donc aussi la nuit des musées :
nous vous invitons à visiter le site www.ville-meaux.fr pour prendre connaissance de l’ensemble du programme sur la ville de Meaux ;
en plus des musées Bossuet et de la Grande Guerre, la cathédrale participera donc (comme évoqué ci-dessus) à l’animation avec sermon de Bossuet par Jean-Claude Drouot et surtout la présentation du projet de réaménagement de l’espace liturgique par l’architecte et découverte des œuvres de Pierre Carron qui formeront les diptyques encadrant le chœur .
Retrouvez de plus amples informations à ce sujet sur le site :
http://www.cathedralemeaux77.fr/





Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.8