Bandeau
Site d’information de la paroisse de Crécy-la-Chapelle, Villiers-sur-Morin et Voulangis
Slogan du site

Site internet local d’information religieuse de Crécy-la-Chapelle, Voulangis, Villiers-sur-Morin.

Internautes et Témoins de l’Evangile
Article mis en ligne le 22 mai 2009
dernière modification le 10 novembre 2015

par Joël
Imprimer logo imprimer
Quand je l’ai connu, il était prêtre, maintenant il est secrétaire général adjoint à la Conférence des Evêques de France et responsable de la communication de la CEF. Je vous propose de lire attentivement l’homélie que Monseigneur Bernard Podvin a préparé à l’attention de tous les prêtres de France pour dimanche 24 mai, à l’occasion de la 43ème journée mondiale des communications sociales.


Homélie
« C’est étonnant comme notre société a du mal à réglementer l’usage d’Internet » me dit cet éducateur désabusé. L’outil fascine indiscutablement, dans les deux sens du terme « fascination ». Attractif par son potentiel prodigieux indiscutable. Dangereux par la dépendance qu’il génère. Quel est le parent, quel est le formateur, quel est le citoyen qui ne se trouvent sur cette ligne de crête ? Utiliser la technologie, mais n’être pas instrumentalisé par elle !
Il n’est pas anodin que l’Eglise catholique propose, en ce dimanche, que notre journée mondiale de la communication nous éveille, ou nous réveille, sur ces enjeux.
Pour le meilleur comme pour le pire, la boucle internet peut s’avérer la plus contributive à la culture de l’homme, comme la plus destructrice de son intégrité.
Les lectures de ce dimanche nous procurent une clé de compréhension spirituelle : le Christ ne désire pas que son Père retire ses disciples du monde, mais rappelle vivement qu’ils ne sont pas de ce monde (Jean 17) ! Servir la communication sera toujours écouter l’homme de ce temps, et, dans le même mouvement, lui redire que son humanité n’a pas vocation à se clore sur elle-même.
Apre mission, surtout quant il faut la concrétiser par la rédaction d’un article, une participation sur les ondes, le lancement d’un site… Ne pas être retiré du monde comme pour mieux attester à ce monde que son bonheur est au-delà de ce qu’il conçoit. Mais redire à ce monde formaté qu’un autre langage est possible, celui de l’Amour, celui dont parle Saint Jean en la seconde lecture : « Puisque Dieu nous a tant aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres » (1 Jean 4). Une communication sans amour est vanité ! Elle se perd en stratégie intéressée. L’amour du frère, souvent galvaudé dans une culture de l’éphémère, doit être source vive du communicateur ! Alors les nouvelles frontières dessinées par les technologies prennent sens. Car elles font place digne et honorable à l’homme. Sans ce respect profond de la vocation de l’homme, la course technique est une performance qui flatterait l’ego.
Pour cela, la première lecture nous rappelle l’importance de la communauté chrétienne. « Il faut que quelqu’un devienne avec nous témoins de la résurrection ». L’élection de Matthias n’est donc pas une formalité de remplacement. Elle agrège le croyant aux témoins de Jésus. De même que Saint Jean nous appelle à aimer, le choix de Matthias nous appelle au don de tout notre être (Actes, 1-15). Le communicateur qui croit, qui aime et qui espère ne se réduira jamais à un virtuose qui surfe sur la toile. Il sera témoin de quelqu’un de plus grand que lui ! Plus que jamais, nous ne ferons rien sans l’Eglise. La pastorale de la communication dans nos diocèses et nos communautés locales est engagée de longue date sur les routes humaines. Elle est déjà au rendez vous de la cyber information. Les sites sont nombreux. La compétence est notable. Beaucoup de croyants sont de véritables « tisserands » sur la toile. Puisse la Pentecôte toute proche nous donner souffle pour devenir davantage des cyber écoutants, des cyber aimants, des cyber témoins. « Nous attestons que le Père a envoyé son Fils comme Sauveur du monde ». Tel est le seul courriel que nous aurons inlassablement bonheur à recevoir et à envoyer.
Les événements difficiles traversés depuis plusieurs mois par la société et par l’Eglise confirment bien que la qualité d’une communication est un enjeu déontologique et spirituel sans précédent. Jean-Paul II avait déjà discerné que les médias doivent servir l’homme et non l’asservir. En ce dimanche, offrons au Christ la pauvreté de notre cœur de communicant. Il le transfigurera de la joie pascale. Il affinera notre communication balbutiante. Il fortifiera nos propos hésitants. Avec le Ressuscité, proclamons toutes choses nouvelles !
Mgr PODVIN, Porte Parole des évêques de France.

Photo de Mgr Podvin : croire.com



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.8