Bandeau
Site d’information de la paroisse de Crécy-la-Chapelle, Villiers-sur-Morin et Voulangis
Slogan du site

Site internet local d’information religieuse de Crécy-la-Chapelle, Voulangis, Villiers-sur-Morin.

Dimanche 20 décembre - 4ème dimanche de l’Avent
Article mis en ligne le 19 décembre 2020
dernière modification le 28 décembre 2020

par Joël
Imprimer logo imprimer
Lecture du deuxième livre de Samuel (7, 1-5.8b-12.14a.16)
La royauté de David subsistera toujours devant le Seigneur

Le roi David habitait enfin dans sa maison. Le Seigneur lui avait accordé la tranquillité en le délivrant de tous les ennemis qui l’entouraient. Le roi dit alors au prophète Nathan : « Regarde ! J’habite dans une maison de cèdre, et l’arche de Dieu habite sous un abri de toile ! » Nathan répondit au roi : « Tout ce que tu as l’intention de faire, fais-le, car le Seigneur est avec toi. »
Mais, cette nuit-là, la parole du Seigneur fut adressée à Nathan : « Va dire à mon serviteur David : Ainsi parle le Seigneur : Est-ce toi qui me bâtiras une maison pour que j’y habite ? C’est moi qui t’ai pris au pâturage, derrière le troupeau, pour que tu sois le chef de mon peuple Israël. J’ai été avec toi partout où tu es allé, j’ai abattu devant toi tous tes ennemis. Je t’ai fait un nom aussi grand que celui des plus grands de la terre. Je fixerai en ce lieu mon peuple Israël, je l’y planterai, il s’y établira et ne tremblera plus, et les méchants ne viendront plus l’humilier, comme ils l’ont fait autrefois, depuis le jour où j’ai institué des juges pour conduire mon peuple Israël. Oui, je t’ai accordé la tranquillité en te délivrant de tous tes ennemis.
Le Seigneur t’annonce qu’il te fera lui-même une maison. Quand tes jours seront accomplis et que tu reposeras auprès de tes pères, je te susciterai dans ta descendance un successeur, qui naîtra de toi, et je rendrai stable sa royauté. Moi, je serai pour lui un père ; et lui sera pour moi un fils. Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours. »


Psaume 88 (89)
Refrain : Ton amour, Seigneur, sans fin je le chante !
L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge.
Je le dis : c’est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux. R

« Avec mon élu, j’ai fait une alliance,
j’ai juré à David, mon serviteur :
j’établirai ta dynastie pour toujours,
je te bâtis un trône pour la suite des âges. » R

« Il me dira : “Tu es mon Père,
mon Dieu, mon roc et mon salut !”
Sans fin je lui garderai mon amour,
mon alliance avec lui sera fidèle. » R


Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains (16, 25-27)
Le mystère gardé depuis toujours dans le silence est maintenant manifesté

Frères, à Celui qui peut vous rendre forts selon mon Évangile qui proclame Jésus Christ : révélation d’un mystère gardé depuis toujours dans le silence, mystère maintenant manifesté au moyen des écrits prophétiques, selon l’ordre du Dieu éternel, mystère porté à la connaissance de toutes les nations pour les amener à l’obéissance de la foi, à Celui qui est le seul sage, Dieu, par Jésus Christ, à lui la gloire pour les siècles. Amen.

Evangile selon St Luc (1, 26-38)
« Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils »

En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie.
L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire, puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.
*********************

Homélie du 4ème dimanche de l’Avent, année B, le 20/12/2020

Chers frères et chères sœurs aimés de Dieu
Les textes de ce 4ème dimanche de l’avent montrent que Dieu est insondable et ne s’enferme pas dans les projets humains. Il faut lui faire confiance. A David qui veut bâtir une demeure digne de lui, il offre un autre plus grand, en lui rappelant que ce n’est pas à lui de bâtir sa maison. Saint Paul en rendant grâce à Dieu, annonce à toutes les nations que Jésus est le seul Sauveur.
Entrons dans ces textes, pour tirer de quoi nourrir notre foi. Le 1er texte raconte une histoire de maison, d’habitation que David inquiet parce qu’il habite une maison somptueuse, et l’arche du Seigneur dans une tente, décide de construire pour Dieu. Dieu refuse et lui annonce que c’est lui, qui lui bâtira une maison : « Je susciterai dans ta descendance un successeur, qui naitra de toi, et je rendrai stable sa royauté. » Une manière de dire à David, tu verras toi-même la maison que je vais te bâtir, je te ferai moi-même une maison, une descendante dans ta famille, et là il y aura ma demeure. Cette demeure c’est Marie par qui, il entre dans notre monde (maison ici a deux sens : habitation et famille). Ceci qui fait penser à ce beau cantique : « Voici la demeure de Dieu parmi les hommes, Marie, terre admirable, terre de la promesse, terre de l’Emmanuel. » Cet évangile fait découvrir que rien ne sera plus comme avant, les promesses de l’Ancien Testament, y trouvent leur accomplissement. Il répond à la promesse de Dieu à David par Nathan. C’est la réponse à toute l’attente messianique, qu’il développe. La traduction liturgique commence par : « En ce temps-là, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu », mais dans le Nouveau Testament c’est : « Le sixième mois … par Dieu … » Dans la liturgie juive, le 6ème mois, mois d’Adda, est le mois le plus important et aussi le premier mois, car c’est le mois de la Pâque « Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois, il marquera pour vous, le commencement de l’année. » C’est un Commencement Unique, celui de l’incarnation qui commence à Pâque. L’Annonciation se fait à Pâque, c’est la rédemption de l’homme qui commence à l’incarnation. Le nom que l’ange donne à Marie, c’est « Comblé-de-grâce », qui signifie qu’elle n’est que grâce. Elle est la révélation de l’amour gratuite de Dieu qui la rempli entièrement. L’ange lui annonce qu’elle va enfanter. Comme tout juif qui attendait le Messie, elle avait compris, mais demande à l’ange qui lui avait dit : « voici que tu vas concevoir un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus » par qu’elle manière, puisqu’elle ne connaît pas d’homme. L’ange lui répond « l’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre. » On savait que le Messie sera investi de l’Esprit Saint pour sa mission : « Un rameau sortira de la souche de Jessé, un rejetons jaillira de ses racines. Sur lui reposera l’Esprit du Seigneur. » Is. 11, 1-2. C’est une Nouvelle énorme : celui qui porte tout va s’enfermer dans le sein d’une femme. Eh bien oui : « celui qui naitra sera saint, il sera appelé Fils du Très-Haut », lui dit l’ange. Saint Prochus de Constantinople dira : « l’on vit sur la terre celui qui était Dieu, et par la Vierge, il est venu où il était déjà. Celui que les cieux ne peuvent contenir, le monde le reçu quand il prit chair. » A travers cette conception, Dieu accomplit sa promesse à David « Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son Père. » « L’expression la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre », rappelle que l’ombre de Dieu, c’est Dieu lui-même Cf. la tente de la rencontre dans l’Exode et la transfiguration. A l’annonce de l’ange, Marie à la suite des grands croyants comme Abraham, se met entièrement disponible au projet de Dieu : « voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta Parole. » Avec ce oui de Marie, le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous. Là, la prophétie de Sophonie se réalise en chacun de nous « Pousse des cris de joie,…pousse des acclamations,… réjouis-toi, ris de tout cœur… Le Seigneur lui-même, est au milieu de toi. » Soph. 3, 11-13.
Ce que nous pouvons tirer de la parole du jour pour nourrir notre foi, c’est de d’accepter la volonté de Dieu et d’accueillir son projet même quand on ne le comprend pas. Les voix de Dieu ne sont pas celles des hommes. Comme Marie, apprenons au jour le jour à être totalement donné à Dieu, ce qui ne peut se réaliser qu’à travers la qualité de relations qu’on a avec les autres. Et enfin avoir entièrement confiance en Dieu. Que Dieu nous l’accorde. Amen.



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.80.8